Qu’est-ce que la certification WELL V2

La certification WELL pou les bâtiments intègre des paramètres environnementaux pour la conception, construction et l’exploitation avec comme objectifs de limiter l’impact environnemental et préserver la santé et le bien être des occupants.

WELL v2 comprend dix concepts: air, eau, alimentation, lumière, mouvement, confort thermique, son, matériaux, esprit et communauté.

Chaque concept est composé de fonctionnalités avec des intentions de santé distinctes. Les fonctionnalités sont soit des conditions préalables, soit des optimisations.

Le respect de ces critères permet d’obtenir des points qui permettront d’atteindre un score validant un niveau dans le label.

Pourquoi traiter la qualité de l’air dans le certificat WELL V2 ?

Outre le fait que son impact sur la santé est important et que c’est maintenant un critère de choix pour les utilisateurs de bâtiments et les salariés, la qualité de l’air est un critère qui possède des seuils. Cela permet de déclencher des mesures correctives sur des données concrètes mesurables.

 

Pourquoi le critère monitoring de la qualité de l’air ?

La certification WELL V2 précise: “En raison des fluctuations de la qualité de l’air, il est important d’installer des capteurs et des détecteurs de qualité de l’air dans chaque bâtiment. Étant donné que la qualité de l’air peut fluctuer tout au long de la journée dans chaque bâtiment, une surveillance en temps réel est nécessaire pour corriger rapidement tout écart dans les paramètres de qualité intérieure et minimiser l’exposition des occupants aux polluants”.

Quelles cibles et combien de points possibles grâce  aux solutions Ethera

  • A05: 4 points => Amélioration de la qualtié de l’air
  • A06: 3 points => Amélioration de la ventilation
  • A08: 2 points => suivi et sensibilisation à la qualité de l’air intérieur
  • A12: 1 point => filtration de l’air
  • A13: 1 point => contrôle des COVs

 

WIN-B, la solution pour vos engagements QAI dans les bâtiments

Les exigences suivantes doivent être remplies (Q2 2020) pour répondre à la certification WELL sur la partie AIR:

Les stations d’analyse de l’air doivent mesurer au moins trois des éléments suivants dans un espace commun régulièrement occupé ou dans le bâtiment:

  • PM2,5 ou PM10 (précision 5 μg / m³ + 15% de lecture à des valeurs comprises entre 0 et 50 μg / m³).
  • Dioxyde de carbone (précision 50 ppm + 3% de la lecture à des valeurs comprises entre 400 et 2000 ppm).
  • Monoxyde de carbone (précision 1 ppm à des valeurs comprises entre 0 et 10 ppm).
  • Ozone (précision 10 ppb à des valeurs comprises entre 0 et 100 ppb).
  • Dioxyde d’azote (précision 20 ppb à des valeurs comprises entre 0 et 100 ppb).
  • COV totaux (précision 20 μg / m³ + 20% de la lecture à des valeurs comprises entre 150 et 2000 μg / m³). (Note RF: en équivalent Toluène cela donne a priori: précision 4,85ppb + 20% de lecture à des valeurs entre 35 et 500 ppb mais il faut bien afficher les données en µg / m3)
  • Formaldéhyde (précision 20 ppb à des valeurs comprises entre 0 et 100 ppb).
  • La densité de station est d’au moins une par étage ou une tous les 325 m2 [3 500 pi2], selon la plus stricte. Les moniteurs sont situés à des emplacements conformes aux exigences suivantes: 1,1-1,7 m [3,6-5,6 pi] au-dessus du plancher fini à des endroits où les occupants sont généralement assis ou debout.
  • Les points d’échantillonnage doivent être éloignés d’au moins 1 m [3,3 pi] des portes, des fenêtres et des sorties d’alimentation / d’évacuation d’air.
  • Les mesures sont prises à des intervalles ne dépassant pas 10 minutes pour les particules et le dioxyde de carbone et pas plus d’une heure pour les autres polluants.
  • Les données sont analysées pour les heures régulièrement occupées (par exemple, la médiane, la moyenne, le 75e et le 95e centile) et soumises chaque année via WELL Online.
  • Les station sont recalibrés ou remplacés annuellement, avec une documentation attestant de leur étalonnage ou remplacement remplacée chaque année via WELL Online.

Stations qualité de l'air de diagnostic ou de monitoring

Les stations permettent de connaître en temps réel la qualité de l’air intérieur pour éditer des consignes de pilotages optimales. Couplées à l’algorithmie, toutes les pièces ne doivent pas être nécessairement instrumentées.

Algorithmie Nemo supervision

l’algorithmie permet d’obtenir des prédictions QAI, QAE, de simuler la QAI dans des pièces non instrumentées, de simplifier les stations et de récupérer des consignes de pilotage de la ventilation.