Profil’air kit de diagnostic de la  qualité de l’air intérieur

 

Le kit de diagnostic Profil’air® apporte aux professionnels les solutions de mesure des polluants chimiques de l’air intérieur.

Procédé profiler

Comment utiliser Profil’air

  • Si la qualité de l’air intérieur est pour vous un enjeu majeur.
  • Si vous voulez évaluer le risque chimique en milieu industriel.
  • Si vous devez respecter les normes de santé et de confort dans votre établissement.
  • Si vous devez anticiper une mise en conformité.
  • La gamme des produits ETHERA vous propose un kit simple à utiliser, pour exploiter rapidement des résultats fiables et précis.

Le kit Profil’air® est modulaire, il s’adaptent à vos exigences et au type d’échantillonnage souhaité.

 

  • Expertises QAI
  • Contrôle de routine en H&S

Recherche des sources de pollution en cas de dépassement des valeurs limites lors d’un contrôle réglementaire

 

  • Evaluation rapide (30 min)
  • Evaluation de la ventilation
  • Pré-diag (avant 2015) sur 4,5 jours
  • Réception de nouveaux locaux

Si le local est pollué?

 

  • Recherche des sources (6H00)

Contribution d’un matériau (prélèvement 4-6h)

 

Taux d’émission du matériau (µg/h/m²)

 

Ou

 

Emission globale (μg/h)

 

= Taux d’émission du matériau (μg/h/m²) x Surface totale du matériau (m²)

 

Avantages du kit de diagnostic qualité d’air intérieur Profil’air

 

  • Grande précision (ppb)
  • Simplicité d’utilisation
  • Possibilité de réaliser plusieurs mesures avec un seul badge
  • Prix abordable
  • Résultats immédiat

Le plus produit

 

  • Recherche des matériaux avec émission de HCHO

Le kit et ses modules

 

Kit avec ses modules

 

Kit profil’air® de diagnostic

  • (1) lecteur optique (+ câble USB)
  • (2) clé USB d’installation du logiciel profil’air® manager
  • (3) capteur étalon
  • (4) douchette code-barres USB
  • (13) mallette de transportConfiguration requise : PC avec Windows XP/Vista/7, avec 2 ports USB disponibles

Les modules complémentaires (en option)

  • (5) module de pompage (débit de 200ml/min)
  • (6) module pour exposition dynamique (avec tuyau rigide d’entrée d’air)
  • (7) tube plastique rigide long (pour mesures sur la personne)
  • (8) diffuseur ambiant
  • (9) chambre pour mesure d’émission
  • (10) badge individuel

Capteurs

  • (11) capteurs avec emballage individuel (x5 ou x25 unités)
  • (12) boites (x5 ou x25 unités) de capteurs (différents types adaptés selon l’usage désiré)

 

Comment utiliser le kit Profil’Air pour la caractérisation des matériaux ou la recherche des sources de pollution ?

 

Cette année 2014 sera, pour sûr, une année charnière pour la qualité de l’air intérieur. Les premiers contrôles réglementaires vont permettre, non seulement de réaliser un état des lieux des ERP français, mais aussi de sensibiliser massivement le grand public à la problématique de la qualité de l’air intérieur. Nombreuses seront les personnes qui vont alors vouloir améliorer la qualité d’air de leurs intérieurs.
Parmi les sources de pollution, les matériaux utilisés pour la construction et l’ameublement peuvent avoir une forte influence sur la dégradation de la qualité de l’air. De gros efforts ont donc été faits par les fabricants pour proposer des matériaux de plus en plus sains voire dépolluants. Ce dossier présente deux cas concrets d’utilisations du kit Profil’Air Formaldéhyde dans le domaine des matériaux de constructions et d’ameublement.

Etiquetage : éviter la saturation de l’adsorbant utilisé pour le prélèvement gazeux lors des essais réglementaires

 

 

Le point sur la réglementation :
En 2011, ont été publiés différents textes réglementaires relatifs à l’étiquetage des matériaux, à savoir :
  • Décret 2011-321 du 23 mars 2011 relatif à l’étiquetage des produits de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis sur leurs émissions de polluants volatils
  • Arrêté du 19 avril 2011 relatif à l’étiquetage des produits de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis sur leurs émissions de polluants volatils.
  • Ce dernier arrêté s’appuie sur une annexe 1, qui précise les différentes normes qui servent de méthodes de caractérisation des émissions dans l’air intérieur :
    • NF EN ISO 16000-9 (2006) Méthode de la chambre d’essai d’émission
    • NF EN ISO 16000-10 (2006) Méthode de la cellule d’essai d’émission
    • NF EN ISO 16000-11 (2006) Echantillonnage et préparation des éprouvettes d’essai auxquelles s’ajoutent les méthodes de mesure des concentrations d’exposition de COV
    • NF ISO 16000-6 (2004) Prélèvements et analyse : COVT, toluène, xylène, tetrachloroéthylène, 1,2,4-triméthylbenzène,1,4-dichlorobenzène, éthylbenzène, 2-butoxyéthanol, styrène
    • NF ISO 16000-3 (2001) Prélèvement et analyse : formaldéhyde, acétaldéhyde

Problématique : Temps d’immobilisation et risque de saturation de l’adsorbant utilisé pour le prélèvement gazeux

 

 

Ces essais relativement longs nécessitent d’immobiliser les cellules d’essai d’émissions pendant 28 jours sans certitude de résultats. En effet, en cas d’émissions importantes, l’analyse peut révéler une saturation de l’échantillon. L’essai doit alors être renouvelé, avec pour principale conséquence pour le laboratoire et le fabricant client, un retard d’un mois dans la déclaration d’étiquetage et éventuellement la mise sur le marché du produit étudié. Dans ce cas, comment anticiper une éventuelle saturation de l’adsorbant utilisé pour le prélèvement gazeux ?

Anticiper avec une mesure dynamique d’émission en sortie de cellule d’essai réglementaire

 

 

Afin d’éviter tout contretemps, la technologie ETHERA, peut être utilisée pour faire un contrôle de l’émission du matériau étudié tout au long de l’essai. Pour cela, le module de prélèvement dynamique
équipé de son capteur, est inséré sur une ligne en aval d’un flux d’une cellule d’essai normalisée. Un prélèvement actif régulier permet alors de :
  • Connaitre en quasi temps réel le niveau de d’émission et de relargage du matériau testé,
  • Anticiper et prévenir le niveau de saturation de l’adsorbant utilisé pour le prélèvement,
  • Avorter l’essai en avance de phase si la saturation de l’adsordant est constatée,
  • Réduire le temps d’immobilisation inutile des cellules d’essai.

Décret 2012-14 : Que faire en cas de dépassement lors d’un contrôle réglementaire ?

 

 

Le point sur la réglementation :
Le dispositif de surveillance réglementaire de la qualité de l’air intérieur s’appuie sur trois décrets publiés en 2011 et 2012
  • Décret n° 2011-1727 du 2 décembre 2011 relatif aux valeurs-guides pour l’air intérieur pour le formaldéhyde et le benzène
  • Décret n° 2011-1728 du 2 décembre 2011 relatif à la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans certains établissements recevant du public
  • Décret n° 2012-14 du 5 janvier 2012 relatif à l’évaluation des moyens d’aération et à la mesure des polluants effectuées au titre de la surveillance de la qualité de l’air intérieur de certains établissements recevant du public
En plus de fixer les conditions de contrôle, ces décrets imposent, en cas de dépassement de valeurs limites, une investigation complémentaire visant à rechercher les causes de la pollution de l’établissement concerné. Il est donc indispensable de pouvoir étudier les matériaux de construction et d’ameublement présents dans l’établissement. Or, les méthodes traditionnellement utilisées pour la caractérisation des matériaux en laboratoire ne sont pas aisément applicables sur le terrain. ETHERA propose une solution simple et fiable permettant de discriminer facilement le ou les
matériaux contribuant majoritairement à la pollution.

Utiliser la cloche d’émission ETHERA pour l’identification des sources de pollution :

 

 

La cloche de mesure surfacique d’émission ETHERA a été développée pour une mesure rapide de terrain en vue de rechercher le ou les matériaux responsables d’émissions importantes de Formaldéhyde dans une pièce ou l’atmosphère est polluée par cette molécule.
Lorsque l’air d’un local est diagnostiqué pollué au formaldéhyde, des cloches d’émission ETHERA sont appliquées sur les matériaux dont les surfaces développées sont conséquentes. Chaque cloche emprisonne un capteur qui collectera le formaldéhyde émis par la surface testée. A l’issue d’un prélèvement par diffusion de 6 heures, la lecture des capteurs par le colorimètre de terrain permet d’évaluer pour chacun des matériaux testés, leurs débits d’émissions surfaciques respectifs en formaldéhyde.
Le logiciel permet, lorsque l’on renseigne les surfaces développées des matériaux testés, de visualiser rapidement les contributions respectives et d’identifier le ou les matériaux responsables de la pollution ambiante de la pièce. Cette méthode peut être utilisée pour identifier les causes de présence de pollution suite à un contrôle réglementaire ayant révélé un taux de formaldéhyde supérieur à 100?g/m3 (valeur pour laquelle des investigations complémentaires doivent être menées).
N’hésitez pas à visionner notre tutoriel vidéo expliquant pas à pas l’utilisation des cloches d’émission ETHERA !
Mise en garde :
Compte tenu de son débit par diffusion et ce dans un volume confiné qui n’est pas régénéré par une circulation d’air, la cloche ETHERA ne peut donc pas être utilisée pour caractériser un étiquetage de matériaux tel que décrit dans l’arrêté du 19 avril 2011selon les normes ISO 16000-9 Méthode de la chambre d’essai d’émission) ou ISO16000-10 Méthode de la cellule d’essai d’émission.
Diagnostic sur l’air ambiant
Pour réaliser un diagnostic sur l’air ambiant, il est préférable d’utiliser la station analyse qualité air intérieur NEMo.